L'État d'injustice au Maghreb: Maroc et Tunisie

Éditions Karthala, 2015 - 442
Les Printemps arabes ont repos avec force la question de l'injustice sociale dans cette partie du monde. Mais l'tude serre des situations du Maroc et de la Tunisie relativise la pertinence de l'vnement comme aune d'analyse. Les mouvements contestataires l'ont souvent prcd et n'en ont pas toujours procd. Par ailleurs, les pripties des annes 2011-2014 ont redfini la question de l'injustice sociale travers le rapport des partis ou des organisations islamiques l'État, la nation, au nolibralisme, l'exercice du pouvoir. Il convient de remonter en amont des Printemps arabes pour comprendre les politiques publiques d'inclusion des pauvres, la mise distance de territoires stigmatiss, la construction idologique de vrais (ou faux) problmes, tels que la jeunesse , l' employabilit de la main-d'oeuvre ou les rentes conomiques. En dfinitive, c'est le processus mme de formation de l'État qui se voit requalifi comme une matrice d'ingalit lgitime, en permanente mutation au gr des rapports de force et des luttes sociales. Fruit d'une rflexion collective et d'un travail de terrain au long cours, cet ouvrage permet de repenser le politique en dehors de la logorrhe exaltant (ou disqualifiant) les Printemps arabes. Il replace ces derniers dans leur profondeur historique. À la confluence de la sociologie politique et de l'anthropologie, il ouvre de nombreuses pistes comparatives au-del du seul Maghreb. Irene Bono est matre de confrences l'Universit de Turin, et chercheure associe au CRESC (Universit Mohamed-VI Polytechnique, Rabat). Batrice Hibou est directrice de recherche au CNRS (Sciences Po-CERI), et directrice-adjointe du CRESC (Universit Mohamed-VI Polytechnique, Rabat). Hamza Meddeb, ancien chercheur l'Institut universitaire de Florence (2013- 2015), est chercheur la Fondation Carnegie. Mohamed Tozy, professeur des universits Aix-en-Provence et Casablanca, dirige le CRESC (Universit Mohamed-VI, Rabat).

 - 

.