صور الصفحة
PDF
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

DES PLANTES

QUI CROISSENT

NATURELLEMENT

AUX ENVIRONS DE MARSEILLE,

par Louis CASTAGNE,

Membre de plusieurs Sociétés Savantes, Chevalier de la Légion d'Honneur,

[ocr errors]

Imprimerie de NICOT et PARDIGON, Pont-Moreau.

1845.

183

Le catalogue des plantes des environs de Marseille, que j'offre aujourd'hui au public, est le fruit de plusieurs années de recherches. J'ai étudié la botanique dans cette localité, et mes fréquentes herborisations m'ont fait connaître la végélation des divers points du territoire de cette ville ; j'ai pensé qu'il serait utile de posséder la liste des plantes qui s'y rencontrent, disposée méthodiquement, soit pour faciliter les recherches des personnes quiétudieni la botanique, et des voyageurs qui visitent cetle contrée, soit dans l'intérêt de la science ellemême, en concourant å perfectionner les travaux qui doivent compléter la Flore de la France, rattacher ces travaux à la géographie botanique et constater dans une localité restreinte l'existence des espèces végétales qui pourront être un jour controversées ; les catalogues d'un petit territoire serviront aussi plus tard à fixer nos idées sur l'immutabilité des caractères de l'espèce, et sur les perturbations que ces caractères peuvent éprouver.

Par le territoire de Marseille , j'entends l'étendue comprise dans la ligne tracée depuis les iles de Riou et de Maïre au cap Croisette, s'élevant vers Saint-Michel-d’eau-douce sur la crête des hauteurs de Marseille-Veïre, de la tête de Pujet, le col de la Ginesle, la tête de Carpiagne, le sommet de Saint-Cyr, puis les collines qui rattachent celle sommité à Saint-Tronc, celles qui viennent à la suile, afin de traverser après SaintMarcel la grande route de Toulon, pour s'élever sur Garlaban et suivre les hauteurs d'Allaucb, de Notre-Dame-des-Anges, du

« السابقةمتابعة »